Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sur notre page Facebook
Jean Rime interviewé par Planète Tintin !
Par tintinmilou77, le 29/2/2008
Après, Jean-Pierre Talbot, Micheline Legendre ou encore Web, le webmaster de Tintin.com, c'est au tour de Jean Rime, le jeune tintinophile suisse et vice-président de l'association helvétique Alpart, de répondre aux questions de Planète Tintin, lors d'une interview exclusive qu'il nous a aimablement accordée. Cette entretien est doublement intéressant, puisque vous pourrez d'une part faire la connaissance de ce fan de Tintin et de l'autre, en savoir davantage sur son association, organisatrice de nombreux évènements en hommage à Hergé, lors de son centenaire, en 2007. Merci d'avance pour tous vos commentaires et bonne lecture !

Planète Tintin: Pour commencer, pouvez-vous vous présenter brièvement pour ceux et celles qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Jean Rime: Je suis un tintinophile (je préfère dire : un « ami de Tintin ») suisse et j’étudie actuellement la littérature française, la linguistique et la philosophie à l’Université de Fribourg… celle où enseigne, selon L’Étoile mystérieuse, le professeur Paul Cantonneau ! À côté de mes études et de ma passion pour l’œuvre d’Hergé, je pratique deux instruments de musique (mais je chante comme une Castafiore) et je m’intéresse aux arts en général et aux problèmes d’esthétique.

Planète Tintin: Quand pouvez-vous dire que votre passion pour ce personnage de bande dessinée est née ? Pourquoi Tintin et pas un autre ?

Jean Rime: J’ai découvert Tintin vers l’âge de sept ans, comme il se doit. À travers une séquence du dessin animé du Secret de la Licorne. J’en garde un souvenir précis : c’était l’épisode de l’abordage de la « Licorne », dans un univers de pirates qui m’a immédiatement captivé ! Bien sûr, j’ai voulu connaître la suite de l’aventure, et c’est à la bibliothèque communale que je l’ai trouvée, avant de continuer avec l’album Le Trésor de Rackham le Rouge, et ainsi de suite, délaissant très vite les dessins animés.

Lors de la même séance télé, mon père – qui n’a jamais lu un Tintin en entier ! – m’avait informé (mais pourquoi diantre ?) que « des gens » se passionnaient pour ce personnage. J’ignore si, inconsciemment, j’ai interprété cette simple information comme une incitation. Toujours est-il que je me suis très rapidement intéressé à la vie d’Hergé et au contexte de publication des albums… avant même de les avoir tous lus !

Pourquoi Tintin et pas un autre ? Je n’en sais rien… En fait, Tintin s’est imposé parce que je me suis intéressé très tôt, je l’ai dit, au contexte de sa création. À mes yeux d’enfant, il n’y avait donc pas seulement Tintin, mais Tintin et Hergé. Ce dernier m’apparaissait comme un personnage mythique au moins autant que le reporter à la houppe ! Cette double relation, avec le héros et son créateur, je ne l’avais pas avec Astérix, Gaston Lagaffe ni même avec le Picsou de Carl Barks qui a aussi marqué mes jeunes années. Si Tintin a acquis pour moi un statut d’exception, c’est peut-être aussi parce que je ne l’ai jamais ni comparé ni opposé à d’autres héros de bande dessinée pour la simple raison que je ne les connaissais pas bien. Je n’ai jamais été ce qu’on appelle un « bédéphile ». Bien sûr, j’ai lu les incontournables, mais dans mon imaginaire d’enfant, Le Secret de la Licorne dialoguait avec L’Île au trésor de Stevenson, avec Robinson Crusoe ou avec Vingt mille lieues sous les mers ! Tintin ne m’a pas intéressé comme bande dessinée par rapport à d’autres, mais en tant que tel, comme univers de fiction et comme phénomène culturel et artistique.

Planète Tintin: Est-ce que vous êtes aussi un peu collectionneur ?

Jean Rime: On ne peut pas dire que je sois collectionneur. J’achète au coup de cœur… et dans la limite de mes moyens d’étudiant ! Les produits dérivés et les statuettes (Pixi, etc.) ne m’intéressent pas, même si je les admire dans les vitrines de mes amis collectionneurs. Les collections exhaustives d’éditions originales ou rares sont très utiles pour le chercheur, mais posséder ou accumuler ne m’intéresse pas non plus. Je préfère pour ma part chercher des documents inédits (des correspondances, par exemple), même sous forme de photocopies.

Planète Tintin: En 1999, vous commencez la réalisation d'une analyse assez poussée sur les relations particulières entre Tintin et la Suisse. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette étude ? Pourquoi ce sujet là ?

Jean Rime: Cette étude est précisément consacrée à la publication de l’œuvre d’Hergé dans l’hebdomadaire suisse L’Écho illustré, dès 1932 et jusqu’à la mort d’Hergé. La longévité de cette collaboration est exceptionnelle et même unique : L’Écho illustré est le seul périodique à avoir publié toutes les aventures de Tintin au fur et à mesure de leur création (alors qu’en Belgique, elles ont successivement paru dans Le Petit Vingtième, Le Soir et le journal Tintin; en France dans Cœurs Vaillants puis dans l’édition française du journal Tintin, etc.).

J’ai effectivement entrepris les premières recherches en 1999, et ce travail a abouti, en août 2003, à cette étude Tintin, reporter de « L’Écho illustré », au pays des Helvètes. Si L’Écho illustré est un peu mieux connu aujourd’hui grâce aux travaux récents de Benoît Peeters (Hergé fils de Tintin) et de Philippe Goddin (sa Chronologie d’une Œuvre et Hergé, Lignes de vie), la littérature était presque muette sur le sujet avant le début des années 2000 : tout au plus une petite mention chez Assouline ! C’est que L’Écho illustré a longtemps été occulté par Cœurs Vaillants, alors que lui aussi se permettait des libertés avec l’œuvre d’Hergé : titres modifiés, publication tronquée ou dans le désordre, « nationalisation » de Tintin… au point que le Congo devient, en 1945, une colonie suisse ! Et les relations d’Hergé avec les rédacteurs de L’Écho illustré sont bien plus cordiales qu’avec les responsables de Cœurs Vaillants. Hergé s’est notamment appuyé sur ses amis suisses pour se documenter en vue de L’Affaire Tournesol. Il a d’ailleurs reconnu sa sympathie pour L’Écho illustré dans les Entretiens de Numa Sadoul.

Planète Tintin: Tout au long de ces quatre années de recherche et de travail, à quelles difficultés avez-vous été confronté ?

Jean Rime: Comme je l’ai dit, la littérature secondaire était quasiment inexistante sur le sujet au moment où j’ai commencé mes recherches, deux ans avant le premier tome de la Chronologie d’une Œuvre. J’ai donc dû commencer par compulser les numéros de L’Écho illustré, de 1930 à nos jours. Ces recherches en bibliothèque se sont espacées entre 1999 et 2002. À ce moment-là, je n’envisageais pas du tout d’écrire une étude, mais je me contentais d’inscrire mes « trouvailles » dans un calepin et de classer soigneusement mes photocopies…

Puis je me suis dit que mon travail pourrait intéresser tant les tintinophiles que les anciens lecteurs de L’Écho illustré. C’est pourquoi je me suis décidé à écrire, d’abord un article (non publié) pour Les Amis de Hergé puis à développer et étoffer mon texte pour procurer aux personnes intéressées un outil de référence sur la publication de Tintin dans L’Écho illustré. Je pensais arriver à une trentaine de pages… mon étude en compte 220 ! La rédaction a pris une année : de juillet 2002 à août 2003.

C’est durant cette période que, ne me contenant pas des données brutes issues des numéros de L’Écho illustré, j’ai voulu comprendre comment fonctionnait véritablement la collaboration avec Hergé. Or, toutes les archives de L’Écho illustré (en particulier la correspondance avec Hergé) ont disparu depuis longtemps. Mais j’ai pu compter sur le soutien de nombreux spécialistes de l’œuvre d’Hergé, belges, français ou suisses, et notamment Bernard Dupont, fils d’un ancien rédacteur en chef de L’Écho illustré.

Planète Tintin: Quelles ont été vos ressources pour mener à bien ce projet ?

Jean Rime: Outre la bienveillance de plusieurs spécialistes et passionnés comme Benoît Peeters, Numa Sadoul ou, plus tard, Philippe Goddin, ma principale ressource a été la passion pour Tintin et la motivation qu’entraîne la conduite d’un projet à long terme.

Planète Tintin: Où peut-on consulter cette étude ?

L’étude n’est pas diffusée, tout simplement parce que l’œuvre d’Hergé ne m’appartient pas ! Un exemplaire a été déposé à la Bibliothèque publique de Bulle (canton de Fribourg) où j’ai effectué la plupart de mes recherches. Les quelques exemplaires réalisés artisanalement ont été offerts aux différents tintinophiles et hergéologues qui m’avaient aidé ainsi qu’à quelques amis. J’en ai aussi donné un exemplaire aux Studios Hergé à Bruxelles et un compte-rendu de l’étude a été publié par Marcel Wilmet dans le premier numéro de la revue Hergé [n.d.l.r.: magazine réalisé par les Studios Hergé depuis 2007 et envoyé aux membres du Club Tintin, sur le site officiel Tintin.].

Planète Tintin: N'avez-vous jamais envisagé la possibilité d'en faire un livre ?

Jean Rime: Mon étude ne serait pas publiable telle quelle, parce qu’elle serait sans doute trop pointue pour une diffusion commerciale. Un temps, Étienne Pollet [n.d.l.r: Étienne Pollet est responsable de Tintin chez Casterman] avait envisagé de l’éditer, mais le projet n’a finalement pas abouti. Par contre, j’ai pu, grâce lui, réaliser un autre rêve avec l’association Alpart : éditer Tintin en patois gruérien, dans la traduction de Joseph Comba [n.d.l.r: voir à ce propos les questions qui suivent].

Mais si d’aventure un projet devait naître d’un livre, scientifiquement consistant, consacré aux divers et riches rapports entre Hergé et la Suisse, c’est avec grand plaisir que j’y collaborerais. Mais cela ne pourrait se faire que sous l’égide des Studios Hergé et des éditions Moulinsart, avec exploration systématique des différents fonds d’archives consacrés à ce sujet.

Planète Tintin: Vous êtes aussi membre de l'association Alpart, et plus exactement vice-président. Pouvez-vous nous présenter cette association ?

Jean Rime: L’association Alpart – dont le nom renvoie bien entendu à Alph-Art, mais aussi à « alpe » et à « art » – a été fondée en novembre 2005 en prévision de l’année du centenaire de la naissance d’Hergé. À l’origine, c’est donc un comité d’organisation, composé de cinq personnes, basé à Bulle dans le canton de Fribourg. Selon les statuts, son but principal est l’organisation d’événements liés à la bande dessinée, et en particulier aux rapports entre Hergé et la Suisse.

Planète Tintin: Peut-on y adhérer ? Si oui, comment ?

Jean Rime: Nous sortons de l’année du centenaire pour laquelle l’association avait été constituée sous la forme d’un comité d’organisation. Actuellement, nous étudions la possibilité de l’ouvrir à tous les amis de Tintin de Suisse romande et d’ailleurs dans une forme semblable, au niveau local, à celle des Amis de Hergé. Cela se fera certainement durant l’année 2008.

Planète Tintin: Le poste de vice-président doit être une tâche importante. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Jean Rime: Le poste de « vice-président » n’a d’imposant que le nom et le titre importe peu. Nous sommes un groupe de cinq amis : Francis Niquille (le président), Eric Dafflon, Jean-Michel Paccaud, Joseph Comba et moi-même, et nous pouvons compter sur le soutien ponctuel mais précieux de nombreux autres amis de Tintin. Si le meneur de jeu est notre président, passionné par l’organisation d’événements culturels, nous avons chacun des compétences très complémentaires. En raison de mon domaine d’études et des connaissances sur Hergé que j’ai pu acquérir grâce à mon travail sur L’Écho illustré, c’est généralement moi qui rédige les textes documentaires consacrés à Hergé et qui contacte nos conférenciers invités.

Planète Tintin: L'association a été, tout au long de cette année, au cœur de plusieurs activités en hommage au centenaire de Hergé. Quel constat global pouvez-vous faire maintenant ? Ces manifestations ont-elles été bien accueillies de la part du public ?

Jean Rime: Toutes nos manifestations 2007 se sont articulées autour de la sortie, le 22 mai 2007, de l’album L’Afére Tournesol en patois gruérien, traduit par Joseph Comba et édité par Casterman. Même si, il faut l’avouer, nous nous attendions à un certain succès, cet album a été littéralement pris d’assaut : notre stock a été quasiment épuisé en une semaine ! Et nous avons appris qu’en période de rentrée littéraire, L’Afére Tournesol (diffusé alors par les canaux traditionnels de Casterman) s’est hissé dans le palmarès des titres ayant le mieux marché en Suisse romande, juste après Harry Potter et Yasmina Reza. Un best seller, au niveau de la Suisse romande ! D’ailleurs, durant les fêtes de fin d’année, plusieurs rétrospectives ont signalé L’Afére Tournesol comme un événement culturel marquant de 2007.

Autour de la sortie de cet album, nous avons créé une revue, intitulée Hergé au pays des Helvètes, et avons organisé divers rencontres et événements. Le dernier en date a eu lieu le 14 décembre, en présence de Jean-Pierre Talbot et de Bertrand Piccard. Au terme de cette année du centenaire, je constate que Tintin est encore bien vivant, dans toutes les couches de la population !

Planète Tintin: Comme vous le soulignez, Alpart est notamment à l'origine de l'album L'Affaire Tournesol en patois gruérien. Comment s'est déroulée cette traduction ? Qui a travaillé sur cette "aventure" ?

Jean Rime: Lorsque j’ai contacté Étienne Pollet pour lui présenter au nom de l’association Alpart le projet de l’album, il en a tout de suite accepté le principe. Dès lors, Joseph Comba s’est mis au travail et a traduit L’Afére Tournesol. Sa traduction a été révisée et agréée par une commission de patoisants, et c’est moi qui ai procédé à une relecture pour les aspects plus « tintinesques » : Joseph Comba m’a notamment demandé conseil pour la traduction de certains noms propres ou des insultes du capitaine Haddock. La traduction a ensuite été envoyée à Casterman pour que les textes écrits « au kilomètre » soient placés dans les phylactères. Après une dernière vérification des épreuves, l’impression a été lancée… Les principaux acteurs de cette passionnante aventure ont été Joseph Comba, bien sûr, ainsi qu’Étienne Pollet et son équipe chez Casterman (parmi ses collaborateurs figure la fille de Bob de Moor !). Pour ma part, j’ai fait le relais entre l’association Alpart et Casterman. Enfin, tous les membres d’Alpart, ainsi que plusieurs patoisants de la Gruyère, ont participé à la promotion de l’album, ainsi que la Bibliothèque publique de Bulle, qui mis certaines de ses structures à notre disposition à cette occasion. Je tiens à dire que les bénéfices générés par la vente de l’album et par nos événements 2007 ont été intégralement reversés en faveur de deux causes caritatives actives principalement au Népal et en Afrique.

Planète Tintin: Pouvons-nous espérer voir d'autres rendez-vous ou expositions tintinophiles se réaliser dans le futur ?

D’autres rendez-vous sans aucun doute ! Les dix bras qui ont concocté le programme 2007 prennent actuellement un peu de repos, mais nous réfléchissons déjà à la suite pour satisfaire les amis de Tintin de Suisse ou d’ailleurs.

À titre personnel, je participerai, en tant que « conférencier » (un bien grand mot !), à l’assemblée générale des Amis de Hergé qui se tiendra à Nivelles le 8 mars. Je revisiterai avec un regard assez particulier (et volontiers iconoclaste) certains lieux communs de la tintinophilie dans un exposé intitulé : « Hergé et Tintin reporters ?... ». Je n’envisagerai pas Hergé sous l’angle biographique – d’autres l’ont fait bien mieux que je ne le pourrais –, mais sous un angle plus « fonctionnel ». Au fond, je donnerai quelques propositions de réponse, non à la question : « qui était Hergé ? », mais à la question : « qu’est-ce que Hergé ? » Je peux d’ores et déjà annoncer que je serai aussi présent lors des Journées tintinophiles de Senlis au mois de juillet.

Planète Tintin: Qu'est-ce que le fait d'être, à présent, un tintinophile plus connu et médiatisé, notamment via la TSR, vous apporte ?

Jean Rime: Ce n’est pas moi qui suis médiatisé, c’est Tintin ! Il ne faut jamais l’oublier : si j’avais fait un travail sur un auteur inconnu du XVIe siècle, les répercutions n’auraient pas été les mêmes ! Cela dit, il est évident qu’en travaillant sur Tintin, on se fait connaître des tintinophiles qui sont déjà dans le milieu et ce sont des contacts humains toujours très enrichissants !

Planète Tintin: Cher Jean Rime, merci beaucoup d'avoir bien voulu répondre à nos questions.

Jean Rime: C’est moi qui vous remercie. Je suis d’autant plus heureux de répondre à vos questions que j’avais, il y a bien longtemps, fourni quelques chroniques tintinophiles au site « Fourmi », dont s’occupait Christian Proulx, aujourd’hui co-administrateur de Planète Tintin.

Propos recueillis par Tintin-Milou et Christian Proulx pour Planète Tintin. L'interview ci-dessus est la propriété exclusive de Planète Tintin. Toute copie, reproduction, diffusion ou modification, même partielle et par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Pour toute demande, veuillez contactez l'équipe.

Interview © Planète Tintin / février 2008


Photo © L'écho magazine
Il y a 25 ans Hergé nous quittait
Par chris, le 29/2/2008
Pour souligner les 25 ans du décès de Hergé... ... ARTV (Canada) présente, ce samedi dès 21h, "Une soirée avec Tintin" débutant par "Moulinsart-Hollywood, quand Tintin fait son cinéma", suivi, à 22h, du "Dessins animé Tintin et les Picaros" et de "Tintin, le voyageur du siècle". Lien : Artv.ca

Le Magazine Figaro s'associe aux magazine Beaux-arts pour présenter un hors-série de 172 pages consacré à Tintin. "Tintin à la découverte des grandes civilisations" entraînera les lecteurs dans la découverte des arts premiers, des arts précolombiens, de l'Égypte antique et de l'Europe classique avec Tintin pour guide. Lien : communiqué de Moulinsart

Tintin aura 80 ans en 2009 ... En 2007 le créateur de Tintin fut mis enfin à l'avant-scène par les célébration de son centenaire. Si 2008 rappelle le souvenir du décès d'Hergé, 2009 sera une année particulière puisqu'on fêtera les 80 ans du jeune reporter avec l'inauguration du musée Hergé à Louvain-la-Neuve et la sortie du premier film Tintin réalisé par l'équipe Spielberg/Jackson. Aussi à venir au Québec un ouvrage à paraître sur la visite peu connu d'Hergé au Québec en avril 1965 (Canada).
Tintin Transports
Par chris, le 19/2/2008
On nous annonce la sortie prochaine d'une nouvelle collection de modèles réduits des voitures et autres moyens de transport vus dans les albums Tintin, sous le nom de "Tintin Transports". Cette série sera, en quelque sorte, une suite à la collection En Voiture Tintin, fabriquée et diffusée par les Editions Atlas, depuis quelques années.

Pour plus de détails, rendez-vous sur le site officiel Tintin, en cliquant ici.

Vous pourrez bientôt voir la nouvelle série sur le site de la boutique Tintin en ligne (Store Tintin), site qui présente d'autre part une toute nouvelle interface en cliquant ici.

Article modifié le 27/02/08 par Tintin-Milou
Conférence de Jean Rime
Par chris, le 19/2/2008
L'association tintinophile Alpart annonce la conférence de Jean Rime sur le thème "Hergé et Tintin: face à face", qui se tiendra à Fribourg (Suisse), au Grand-Rue 68 (2ème étage), le jeudi 21 février 2008 à 20h15.>

Pour plus d'informations, consultez la page actualité du site de l'association, en cliquant ici.

Article modifié le 27/02/08 par Tintin-Milou
Nouveau numéro de Doryphores
Par tintinmilou77, le 15/2/2008
La revue de l'association le Cercle Archibald, Doryphores vient de paraître ! Ce troisième numéro présente un excellent dossier consacré à l'album Coke en stock, une rencontre avec Jacques Langlois qui fut l'ami de Hergé, ainsi qu'une étude de Patrice Guérin, consacrée au romantisme de Tintin. Cette revue est envoyée au membre du Cercle Archibald; pour en devenir membre, c'est simple, contactez son président, Benoît Grimonpont à l'adresse suivante: louline.grimonpont@free.fr. Notez qu'une côtisation vous sera demandée.

Article modifié le 29/02/08 par Tintin-Milou
La Confrérie aux Pinces d'Or
Par tintinmilou77, le 15/2/2008
Une nouvelle association Tintin est née sous le nom de La Confrérie aux Pinces d'Or. Son président, Nicolas Poussy, connu notamment grâce à son blog Collection d'un Tintinophile, a publié une sorte de communiqué sur le site officiel Tintin, où l'on découvre les grandes lignes de cette nouvelle association, que nous vous rapportons ici.

Communiqué:

La Confrérie aux Pinces d'Or est une nouvelle association dont l'assemblée constitutive a eu lieu mardi 29 janvier. L'association a pour but de rendre hommage à Hergé, célèbre créateur de Tintin et Milou, de promouvoir son oeuvre par des actions de tous ordres: publication d'ouvrages et d'une revue, réalisation d'expositions, organisation de manifestations culturelles et de conférences, rencontres d'amateurs et de collectionneurs, etc.

Voici les projets concrets de l'association:

1) La publication d'un album Tintin en patois Bourguignon:

Le traducteur Gérard Taverdet a pour objectif de traduire en patois bourguignon Les Bijoux de la Castafiore, album le plus proche de notre région. Après une rencontre avec Gérard Taverdet, dont vous pouvez voir la bibliographie impressionnante au lien suivant http://www.onomastique.asso.fr/paj_prso/Taverdet.htm, et un entretien avec Etienne Pollet, directeur de la promotion des albums Tintin en dialecte régionaux, le projet se concrétise. Gérard Taverdet s'est déjà lancé dans la traduction. La parution est prévue fin de l'année 2008 ou début 2009 à l'occasion d'un évènement important.

Beaucoup d'actions pourraient se dérouler par rapport à la traduction: conférences, édition d'un timbre pour l'occasion ou d'un tampon, intervention dans les écoles, mise en scène avec un groupe de patoisants, etc.

2) La réalisation d'une revue:

Le nom de la revue n'est pas encore défini ("Tintinosphere" ou "Tintinabulles") et comportera une trentaine de pages. Pour la composition: un directeur de publication, un comité de rédaction, des conseillers scientifiques, etc. La revue doit intéresser tout type de tintinophiles:
- une rubrique "Lumière sur..." parlera des films fixes ou des jouets par exemple, avec cote à la clef;
- une rubrique "Rencontre avec...": interview de Nick Rodwell, Steven Spielberg (un reportage en Nouvelle Zelande !) ou encore Christian de Portzamparc, Jean-Pierre Talbot;
- une rubrique "Portrait de..." sera réservée à un membre de l'association;
- une rubrique "Jeux..." comportera des mots-croisés, énigmes, quizzs, concours. Cette rubrique pourrait se faire sponsoriser par une boutique Tintin et en échange des figurines en cadeau par exemple;
- des rubriques sur Hergé, sur Tintin, sur l'oeuvre faisant appel aux professionnels du Monde de Hergé (Philippe Goddin, Dominique Maricq, Marcel Wilmet, Charles Dierick, Stéphane Steeman, Michel Serres);
- une rubrique "Actualités" et une rubrique "Evènements".

À noter que deux évènements "phares" approchent: 2009: le Musée Hergé et 2010: le film de Steven Spielberg.

3) La réalisation d'une manifestation annuelle:

Rencontre entre les diverses associations existantes actuellement avec notamment, notre but est de partager notre passion, des conférences, une bourse de collectionneurs, des réalisations provenant de chacune des associations existantes, c'est à dire l'intervention par exemple de Tintin en Lorraine, du Club des Tintinophiles du Palais, Tintin c'est Nous, des 7 Soleils, mais aussi des associations hollandaises, catalanes, allemandes, suédoises, etc.

4) La réalisation d'un site internet et d'une newsletter, Quentin"tin", un jeune membre d'origine de la région Isère. Le site sera bientôt en ligne.

Plusieurs rubriques sont prévues:
Présentation de l'association
Actualités en lien avec le site Tintin.com et Objectiftintin.com
Projets des Studios
Communauté / Forum
Inscription / Adhésion
Projets de l'association
Gallerie (photos des évènements portant sur l'univers de Hergé)
Manifestation annuelle

Nous voulons, notamment, assurer le relai, la proximité entre les évènements gérés par les Studios et notre communauté mais également toute la communauté tintinophile mondiale.

Mais également: des repas, concours, échanges, bourses. Pour les concours: concours de dessin, quizz, etc. Réaliser, par exemple, une bourse lors de la manifestation annuelle. Des questions à la portée de tous, axées sur une cible jeune, par exemple: "Combien de fois est représenté Milou dans les albums ?" en question subsidiaire [façon ludique de se replonger dans les aventures]. Des concours gratifiants au niveau du site pour "le plus tintinophile", "le plus tintinomaniaque", avec un décompte de points selon les visites, les nouveautés apportées. Il est également envisagé de réaliser un partenariat avec une ou plusieurs boutiques Tintin qui, en échange, financeraient les cadeaux offerts. Nous pourrions être en collaboration avec Tintin.com.

Des projets sur le plan régional sont également envisagés:
- intervention dans diverses bibliothèques;
- intervention dans diverses écoles, d'une manière ludique et créative;
- sortie des membres: au Château de Cheverny, au CBBD, au futur Musée Hergé.

Reste à définir:
- le "nom" des membres et le règlement intérieur (prochaine réunion du Conseil d'administration le 29 février);
- le logo de l'association qui dépendra des décisions des Studios Hergé.

Enfin, une carte numérotée collector pourrait être délivrée aux membres. Une cotisation de l'ordre de 20 - 25 euros sera fixée lors de la prochaine réunion le 29 février à Dijon. Vous pourrez donc adhérer pour la réunion des Amis de Hergé, le 8 mars.

Venez donc faire partie de cette nouvelles communauté de tintinophiles !!! Plus nous serons nombreux, plus nos projets seront de taille. Et comme l'aurait dit Hergé: "A force de croire en ses rêves, l'homme en fait une réalité."

Informations: tintinophiledu21@aol.com

Nicolas Poussy
Le Président de la Confrérie Aux Pinces d'Or

Article remplaçant (complétant) celui de Christian Proulx daté du 15/02/08.
Assemblée Générale des ADH 2008
Par chris, le 15/2/2008
L'association Les Amis de Hergé (ADH) vous invite à la 23ème édition de son Assemblée Générale, le 8 mars 2008, qui se déroulera à l'Hotel Nivelles Sud, Chaussée de Mons 22 B, 1400 Nivelles. Les conférenciers invitées Jean Rime, un ADH de Suisse et Dominique Maricq des Studios Hergé parleront du créateur de Tintin et Milou et de son oeuvre. Le président Stéphane Steeman présentera ses invités: Yves Duval, Bob Garcia, le dessinateru Suisse Exem, Jean-Pierre Talbot qui viendra parler de son expérience cinématographique et présenter son ouvrage Je fus Tintin au cinéma, Phillipe Goddin auteur de la biographie Hergé, Ligne de vie ainsi que Bernard Portevin et Tristan Demers en provenance du Québec pour partager avec tous les tintinophiles présents de nombreuses informations sur la visite d'Hergé au Québec en 1965 !

Pour toute information supplémentaire et même pour devenir membre des ADH, contactez Gérald Dewinter via l'adresse: gedw@skynet.be ou encore Jean-Louis Clerbois: jlclerbois@hotmail.com.

Article modifié le 29/02/08 par Tintin-Milou
De Cheverny au Musée Hergé
Par chris, le 15/2/2008
Le conseil d'administration du futur Musée Hergé a choisi son directeur. Il s'agit de Laurent Froberville qui, pendant 25 ans, fut le secrétaire général du domaine de Cheverny, dont le château, rappelons-le, a servi de modèle au château de Moulinsart, dans les aventures de Tintin.

Pour en savoir plus, lisez le communiqué de Tintin.com en cliquant ici.

Article modifié le 27/02/08 par Tintin-Milou
Tintin: Le tournage commence
Par chris, le 8/2/2008
Dans une interview parue récemment sur le site Empire Online, l'interprète Andy Serkys était enthousiaste en ce qui concerne sa participation au premier film de la trilogie Tintin qui utilise la technologie 3D de capture de mouvement. « Nous avons eu une semaine incroyable. James Cameron, Peter Jackson, réalisateur des trois volets de la franchise, et Steven Spielberg (réalisateur d’un autre opus) étaient là. Ils étaient tous réunis dans une même salle ! »

À lire:

Interview d'Andy Serkis sur Empire Online
Tintin au cinéma (sur Tintin.com)
Nouveaux DVD Tintin en Espagne
Par tintinmilou77, le 5/2/2008
En février, les DVD des aventures de Tintin et Milou en version espagnol vont bénéficier de tous nouveaux emballages ainsi que d'une version audio Dolby Digital 5.1. Dans les caractèristiques spéciales, on annonce, des menus interactifs, la possibilité de sélectionner les chapitres (scènes), des informations sur l'épisode en question, mais aussi, et chose très étonnante, le documentaire datant de 1977 où l'on retrouve Hergé, "Moi, Tintin". Tout cela pour un total de 01h40min !

Plus de détails en cliquant ici (redirigé vers un lien en espagnol).